La sécurité sociale n’est pas un jeu... Mais on y gagne à tous les coups !

La pension complémentaire

En plus de la pension légale, de nombreux employés se constituent une pension complémentaire cofinancée par leur employeur ou le fonds sectoriel. C’est ce que l’on appelle le "deuxième pilier". Cette pension est constituée par capitalisation : l'employeur, et éventuellement le travailleur, verse chaque mois une contribution pour constituer un capital qui sera versé à la retraite.

Élargissement...

En 2003, la loi a été modifiée en profondeur dans le but de permettre au plus grand nombre possible de travailleurs de se constituer une pension complémentaire. Afin d'atteindre cet objectif, on a notamment réduit la cotisation sociale à 8,86% au lieu de 32%. Le résultat est que maintenant environ 75% des salariés (2,5 millions) bénéficient d’un système de pension complémentaire.

Une grande inégalité

L'idée est bonne. Mais le problème, c'est que l'on constate de très grandes différences entre les contributions et donc dans les montants de la pension qui est ainsi constituée.

Etant donné que la contribution est généralement un pourcentage du salaire, les différences de salaire se répercutent sur le montant de la pension complémentaire (mais aussi sur la pension légale).

En d'autres termes, ceux qui gagnent beaucoup, ont une pension complémentaire plus élevée et ceux qui ont un petit salaire ont une très petite pension complémentaire. L'écart de rémunération entre les hommes et les femmes se reflète aussi dans la retraite complémentaire.

Et pour beaucoup, une pension complémentaire dérisoire

Fin 2011, pour 48% des travailleurs bénéficiant d’un plan de pension complémentaire  sectoriel, la contribution était inférieure à 1% du salaire. Seulement 1% des bénéficiaires d’un plan sectoriel de pension a bénéficié d’une contribution supérieure à 1,75%. La contribution moyenne a également baissé de 1,26% en 2009 à 0,91% en 2011. Cette année-là, le capital moyen de la pension complémentaire sectorielle (constituée après 2000) s’élevait à un versement unique de 2.206 €.

Plafond salarial

La disparité entre les pensions complémentaires est parfois justifiée par le fait que la pension complémentaire est destinée principalement aux employés qui atteignent le plafond salarial pour le calcul de la retraite. Ils ont en effet contribué proportionnellement plus au régime de la pension légale et leur pension de retraire représente une partie proportionnellement plus petite de leur dernier salaire.

Pour certains, il est donc logique qu'ils construisent une pension complémentaire plus élevée. Cependant, il ne faut pas perdre de vue le fait que les réductions de cotisations font perdre à la sécurité sociale 900 millions par an. Les pensions complémentaires sont donc en grande partie subventionnées par la sécurité sociale. On peut donc légitimement s'attendre à ce que cet argent soit redistribué de manière équitable entre les assujettis, ce qui n’est pas du tout le cas aujourd'hui.