La sécurité sociale n’est pas un jeu... Mais on y gagne à tous les coups !

Une vision politique

Le relèvement de l’âge légal de la pension est une décision politique prise par des partis qui ont une vision libérale de droite.

En règle générale, plus il y a de demandeurs d’emploi, plus le coût du travail baisse. Par contre, s’il y a peu de personnes capables d'exercer votre emploi, l’employeur sera prêt à vous payer un salaire plus élevé.

Plus il y a de travailleurs actifs, plus la concurrence entre travailleurs et demandeurs d'emploi est forte. Ce qui fait baisser le coût du travail. Reporter l'âge de la pension pour maintenir des travailleurs actifs est donc une bonne mesure… pour les entreprises.

Le paiement des indemnités aux travailleurs inactifs (sans emploi ou malades) augmente les dépenses de la sécurité sociale. Voilà pourquoi ces mêmes partis souhaitent que les périodes d'inactivité ne soient plus prises intégralement en considération dans le calcul de la pension. Résultat des courses : le montant de la pension diminue !

Le relèvement de l’âge de la pension n’offre aucune garantie quant à la diminution des dépenses de pension.

La droite considère que les impôts freinent l’activité économique et que chaque euro investi dans un pensionné est un euro qui ne peut être investi dans l’économie ou dans les entreprises. La droite opte dès lors pour limiter les dépenses au maximum.

L’idéologie de droite est basée sur la responsabilité individuelle des personnes : tout le monde a des chances égales et est responsable de ses actes.

La gauche, elle, considère que tout le monde n’a pas les mêmes chances au départ et qu’investir dans plus d’égalité et dans la redistribution des richesses contribue à une meilleure société.

Le paiement et l’amélioration des pensions relève donc d’un choix politique. Un choix de l’objectif dans lequel on entend investir ses moyens, car des moyens, il en existe.